Lycée MEZEN
automobile, transport, chaudronnerie

Accueil > ACTUALITE > Vagues d’émotions sur la scène d’Alençon

Vagues d’émotions sur la scène d’Alençon

vendredi 13 décembre 2019, par FPh admin.

Vagues d’émotions sur la scène d’Alençon

Lundi 25 novembre 2019, les élèves de secondes MVA, MVB et TCI du lycée Marcel Mezen se sont rendus à la scène nationale d’Alençon avec de Mesdames WITTTEMBERG, BRICE, PASSARD, LARUE et de Monsieur AUVRAY.
Le public était composé d’élèves de seconde des lycées d’Alençon. Ceux du lycée Mézen, installés aux premiers rangs, au plus près de la scène, ont su respecter les règles à suivre lors d’un spectacle vivant. En effet, aucun bavardage n’était acceptable car cela pouvait perturber les acteurs.
Ainsi la pièce réalisée par Myriam ZWINGEL, Vague à larmes pouvait débuter. Quatre acteurs, Leïla la protagoniste, Sarah sa sœur, le psychologue et Nathan un ami se partageaient la scène.

Une représentation dynamique

Vague à larmes c’est l’histoire de Leïla qui apprend que son petit ami vient d’être arrêté à la frontière turque parce qu’il s’apprêtait à rejoindre Daesh. Emportée par la colère, elle lit les commentaires le concernant sur le site du lycée et commence à discuter avec un certain VELD... Après avoir regardé plusieurs vidéos sur la maltraitance animale, elle décide de rejoindre son association et devient végétarienne. Les quatre acteurs, qui incarnent chacun une émotion (la colère, la joie, la tristesse et la peur), ne cessent de se disputer pour montrer la difficulté de tout être humain pour faire « cohabiter » ses émotions, véritable faille qui est à l’origine du processus de manipulation.

Des scènes marquantes

Le décor était assez « sobre » puisque que nous ne pouvions observer qu’une seule banquette. Mais la musique, très présente, a joué un rôle important : le rap, accompagnant la voix de Leila « mettait l’ambiance », permettait d’évacuer son mal-être et de capter l’attention du public.
Une scène a d’ailleurs particulièrement retenu notre attention :
les acteurs ont mis des masques d’animaux, de cochon, vache, mouton, « pour représenter un cauchemar » nous ont précisé les acteurs lors du débat.

Un message de prévention

Le message de la pièce était clair : combattre l’embrigadement et la radicalisation ! Surtout que Daesh reste une menace permanente. Toute forme de cruauté, et notamment ici la cruauté animale ne doit pas nous amener à tomber dans le piège de la manipulation.
La fin de la pièce fut suivie d’un débat avec les acteurs et la metteuse en scène. Ils nous expliquaient ce qu’ils voulaient faire comprendre : les longs passages vidéo devaient provoquer un état de fatigue mentale durant lequel nos émotions se disputent.
Alors maîtrisez vos émotions, respectez-vous, respectez les autres et vous aurez de bonnes bases pour discerner ce qui est moralement juste et correct.

Les élèves de 2MVA