Lycée MEZEN
automobile, transport, chaudronnerie

Projet Clown

mercredi 1er avril 2015, par FPh admin.

Le projet de jumelage avec la Scène Nationale 61 a débuté lundi 30 mars au lycée.

Harry Holtzman est venu officier comme metteur en scène pour notre « The specially spectacular particularly perfect lâcher prise place. »

La classe des 1LOET devra être prête pour la grande expérience vendredi 03 avril.

Message de Harry aux acteurs du projet : Encore bravo, encore merci à vous tous

Chers Cathy, Gaëlle, Lionel, Yacine, Bochra, Lucy, Marie-Emilie, Anil, Antoine, Antony, Esteban, Erwan, Flavian, Guillaume, Karam, Malik, Maxime, Muhamed, Nver, Octai, Quentin, Romain, Tanguy,

Je me surprends.

J’écris tous vos noms de mémoire.

Et plus que ça : j’attache derrière chaque prénom un visage et une caractère, un souvenir.

Je vous connais tous maintenant ! ... dans votre individualité ... un peu ... pas mal ... Disons, que maintenant je vous ai rencontré.

Quelle joie, ce voyage à votre rencontre, à vos côtés !... à la rencontre de nous, notre groupe qui menait à bien notre projet.

Je suis épaté.
Je crois que c’était dit, et je le redis encore : Bravo !

C’était vraiment incroyable ce que disaient "nos grand-parents" à la fin avant qu’on ne célèbre avec notre "gâteau de paradis" tout blanc et étincelant (merci encore à la mère de Nver !). Ils m’ont ému et je n’étais pas le seul !
Ils ont dit des choses formidables, et il faut qu’on garde tous ce qu’ils ont dit comme un trésor précieux ... (même les profs et même moi et Yacine et même Bochra qui ne pouvaient pas être là) : La grande dame a dit qu’on était sur la bonne voie, qu’on pouvait être fier de nous, que ce qu’on a fait ensemble était extraordinaire.

On peut voir cette expérience comme finie et dans un sens, c’est vrai, mais dans un autre sens ce n’est pas vrai : peut-être que c’est le début pour nous collectivement ou pour nous individuellement de se mettre dans une autre dynamique, de se surprendre, d’être surpris par les autres, ceux qui nous entourent, de faire confiance à notre travail de tous les jours, de savoir que la doute, la difficulté, la manque de confiance ou de concentration, les contrariétés font partie du voyage. Et surtout qu’on peut pas savoir exactement où on va arriver avec des choses qui au début nous ennuient, nous butent, nous dégoutent même ... parfois en faisant on trouve d’autres issus qu’on n’a pas espérés, attendus au début du voyage. Faite confiance, ayez courage. Facile à dire et un peu plus facile à faire après cette expérience.
(Je fais la morale (la morale de cette histoire) pour moi autant que pour vous)

Même je la fais plus pour moi peut-être, car là cette semaine je redémarre sur un projet dont je ne suis pas du tout certain de son succès, de sa fin, même encore moins certain que ce que nous venons de faire, c’est un projet artistique, un solo pour un personnage clownesque, c’est un terrain que je ne connais pas vraiment (même si pour vous cela semblerait évident, pour vous qui me connaissent à peine, un peu plus) En effet, je n’ai jamais travaillé avec que moi-même, seul ... dans un projet où j’aurai que moi-même à blamer si ça ne marche pas, et même si je l’ai choisi je vais à reculons. J’ai peur !

MAIS je vais essayer de mettre cette expérience avec vous dans mes valises et de la ressortir quand je manque de confiance ou de morale parce que c’était un succès à tous les niveaux et c’était un moment de beauté. Et même si les deux expériences n’ont rien à voir, les deux voyages, les deux projets n’ont rien à voir ... en essence c’est la même chose. Tous les challenges de la vie sont similaires, même se réveiller le matin c’est de cet ordre et d’avoir comme projet je vais essayer de faire quelque chose dont je suis fier aujourd’hui. On n’arrive pas tous les jours ! Mais bon ... Tous nos projets ne peuvent pas être des succès inter-galactiques comme ce que nous venons de faire !

Comme remarquait Yacine, sur la deuxième heure d’ouverture de "The specially spectacular, particularly perfect lâcher-prise place ™", entre 14h30 et 15h30 ce vendredi dernier à la Cave aux Boeufs, il y avait une ambiance d’une grande concentration, douceur et bonheur. C’est l’essence de ce moment au travail pour faire du bien pour quelques personnes chanceuses, ce moment entre nous que je vais tenir avec une poignée ferme parce que ce moment peut nous soutenir quand les choses sont plus dures, moins évidentes, c’est un moment où on croit dans l’humanité et la possibilité de se surpasser, la transcendance.
Merci pour ce "plus que" souvenir, cette arme contre mes doutes, mes mauvaises habitudes, mes peurs.

Oui, encore merci !

Bisous,

Harry